Les amateurs d'aquascaping sont de plus en plus nombreux, chaque jour de nouveaux venus décident de se lancer dans la création de leur propre jardin aquatique. Pour eux, nous proposons quelques conseils, en quelque sorte les points importants à prendre en compte pour bien débuter.

Il est bien entendu plus facile de démarrer dans le monde de l'aquascaping si vous êtes déjà aquariophile, et connaissez les bases de l'aquariophilie « générale » (cycle de l'azote, comment composer une population viable, etc...), sur lesquelles nous ne reviendrons pas ici. Pour un total débutant, ces bases sont cependant bien sûr des connaissances à acquérir et à maîtriser avant de se lancer dans la création d'un aquascape.

S'INVESTIR

Tout aquariophile le sait (et les débutants le découvrent parfois avec surprise), il ne suffit pas pour maintenir un aquarium de le remplir d'eau, brancher les équipements et y mettre des poissons. Ce hobby nécessite un investissement personnel, aussi bien en termes de temps qu'en termes financiers. Si l'on parle d'aquascaping, il convient d'avoir dès le départ à l'esprit que ces investissements sont globalement supérieurs à ceux nécessaires pour un aquarium « classique ». D'une part l'entretien et le suivi d'un aquascape sont plus exigeants, d'autre part certains matériels dont on peut se passer pour un bac « fish only » sont très utiles, voire indispensables pour un bac planté. Prévoyez par exemple au moins une séance de nettoyage / taille des plantes / changement d'eau toutes les deux semaines, voire mieux toutes les semaines, à laquelle s'ajouteront les menues taches quotidiennes (fertilisation, nourrissage) qui restent toutefois très rapides.

En un mot, sans vous en faire une montagne, soyez conscient du challenge qui s'offre à vous, car outre la créativité artistique, une certaine maîtrise technique est nécessaire pour réussir une beau bac aquascapé, dont l'équilibre est souvent plus facilement rompu que celui d'un bac standard.

Votre investissement personnel devrait donc commencer bien avant la mise en eau de l'aquarium : à moins que vous n'ayez un talent artistique naturel doublé d'une main très verte, mieux vaut se documenter longuement avant de se lancer : comment choisir les plantes, comment leur assurer une pousse optimale, quelles sont les règles de base pour créer un paysage harmonieux et enfin quels produits (matériel, sol, engrais, etc...) utiliser ? Internet sera alors votre plus grand allié au travers des sites, forums et réseaux sociax consacrés à cette passion. Il existe également quelques ouvrages spécialisés, comme les excellents livres de Pascal BONETTI (L'aquascaping – Un autre décor pour l'aquarium) ou Pierre YANG (Un mini jardin dans un aquarium).

S'EQUIPER

L'aquariophilie n'est malheureusement pas un loisir bon marché. Il est alors tentant lorsque l'on débute, si l'on ne dispose pas d'un budget illimité, d'investir le minimum dans le bac lui-même et son équipement.

Ce souci est bien entendu compréhensible et légitime, il est cependant souhaitable de passer outre (sauf dans le cas d'un bac « low-tech » que nous évoquerons plus tard) si vous souhaitez aboutir à un résultat satisfaisant : avec un équipement trop léger (par exemple un éclairage trop faible, un filtre sous-dimensionné, pas d'apport de CO2, des pièces de bois prélevées dans la nature et mal choisies, qui vont rapidement pourrir dans l'eau, ou encore un substrat inadapté) il vous sera bien difficile de créer un décor esthétiquement satisfaisant. Vous serez alors déçu du résultat obtenu et les dépenses engagées l'auront été en vain au regard de votre satisfaction personnelle.

Quitte à reporter votre projet le temps d'économiser un peu, mieux vaut clairement investir dès le départ dans un équipement adapté que d'abandonner votre ambition d'artiste aquascapeur à cause d'un matériel insuffisant, ou de devoir racheter par la suite certains produits pour compléter ou remplacer ceux que vous aviez prévus au départ.

Mettre sur pieds un aquarium « low-tech » (avec un équipement technique réduit), peut être une solution si l'investissement financier devient un facteur bloquant, car et il est tout à fait possible de créer un beau bac planté avec un éclairage moyen, sans CO2, voire sans sol nutritif. Notez cependant que vous devrez dans ce cas composer avec un choix de plantes réduit : celles qui seront aptes à prospérer dans les conditions que vous leur offrirez. Il sera par exemple difficile de maintenir des plantes gazonnantes ou des plantes rouges, et la réalisation du décor de vos rêves risque alors d'être quelque peu bridée.

Aquascaping low-tech

Exemple d'aquarium "low-tech" - Photo Aquascape Boutique

S'ENTRAINER

Les plantes étant le matériau de base de l'aquascapeur, il est naturellement primordial de maîtriser le sujet. Trop de nouveaux venus dans l'aquascaping rencontrent des déceptions lorsque, ayant imaginé un décor harmonieux, créé un beau hardscape et installé les plantes adéquates, ils constatent avec dépit que les plantes ne poussent pas correctement, ruinant ainsi l'esthétique générale du décor. Comme pour toute discipline, il ne suffit pas d'avoir la fibre artistique... une base technique est un préalable indispensable. Là encore, ne vous laisser pas rebuter au premier échec et soyez conscient qu'il n'y a pas de chance ou de malchance : si vous leur apportez les bonnes conditions, les plantes pousseront bien et vous gratifieront de leur plus belle apparence.

Après vous être documenté sur les espèces de plantes et leur besoin, ainsi que sur les bases de la fertilisation d'un aquarium planté, vous pouvez par exemple commencer par un bac sans prétention d'aquascaping mais dans lequel vous testerez pendant quelques temps différentes plantes pour apprendre à leur apporter les meilleur soins. Un petit pense-bête dans lequel vous noterez les paramètres de l'eau, la fertilisation utilisée, le débit de CO2, la réaction des plantes et plus généralement toutes vos observations peut s'avérer utile pour débuter.

Vous en profiterez peut-être pour expérimenter - malgré vous – quelques invasions d'algues, ce qui vous permettra par la même occasion de mieux connaître ces grandes ennemies de l'aquariophile : pourquoi apparaissent-elles ? Comment s'en débarrasser ? Et pour revenir au point précédent, une plantation en bonne santé reste le meilleur moyen de lutter contre les algues.

Une fois ce préalable bien acquis vous aurez largement moins de risque de déception lorsque vous créerez votre paysage aquatique.

S'INSPIRER

Vous voilà donc documenté, équipé et apte à faire pousser n'importe quelle plante dans votre aquarium... mais vous n'arrivez pas à imaginer un décor qui vous plaise ? Rien d'inquiétant, nous n'avons pas tous en nous la sensibilité artistique et la créativité innée des plus grands aquascapeurs. Pourquoi ne pas à nouveau utiliser les immenses ressources d'internet pour trouver des sources d'inspiration ? Des milliers de photos de superbes bacs plantés vous sont aujourd'hui offertes par le web, alors regardez les encore et encore, trouvez ceux qui vous inspirent, repérez telle composition de pierres, tel type de bois ou telle association de plantes qui vous séduisent, ou même choisissez un « layout » entier que vous essaierez de reproduire plus ou moins fidèlement. Il n'y a aucune honte à s'inspirer du travail des meilleurs, qui d'ailleurs sont eux-mêmes - consciemment ou pas – influencés par les paysages aquatiques qu'ils sont amenés à voir et apprécier.

Aquascape Viktor Lantos

Un aquascape signé Viktor LANTOS...

Aquascape Aymeric

... dont Aymeric s'est inspiré.

Autre point à prendre en compte dans la conception d'un bac aquascapé : il est préférable d'essayer d'imaginer avant tout l'aspect final global du décor que de choisir préalablement les divers éléments (pierres, racines, plantes) et d'essayer ensuite d'en faire quelque chose. Par exemple ne choisissez pas forcément les plantes que vous trouvez belles en elles-mêmes mais essayez d'imaginer à quoi vous voulez que ressemble votre aquarium : une ambiance forestière, un décor minéral, ou la priorité accordée aux plantes ? Avez-vous besoin d'une plante haute à feuilles fines à tel endroit, d'une plante de plan intermédiaire colorée à celui-ci ?

Pour la création du hardscape, n'hésitez pas à prendre le temps. Seul Takashi AMANO (et quelques autres peut être...) était capable de composer un hardscape harmonieux et naturel en quelques minutes. Disposez vos pierres et/ou racines dans l'aquarium (ou encore fabriquez vous une «boîte à hardscape » avec une base de sable, dans laquelle vous pourrez vous amuser des heures), sélectionnez les, retournez les, assemblez les... le premier jet n'est pas souvent le meilleur.

Table hardscape aquascaping

La "boîte à hardscape" d'Ulrich

RESTER ZEN

Ont dit souvent que la patience est la première vertu de l'aquariophile. C'est vrai également pour l'aquascapeur ! Paris ne s'est pas fait en un jour et les plus talentueux aquascapeurs dont nous admirons tous les créations ne sont pas arrivés à ce niveau du jour au lendemain. Ne vous laissez pas arrêter par une attaque d'algues ou un décor qui au bout du compte n'atteint pas vos espérances. Réessayez et chaque tentative sera meilleure que la précédente.

Par contre soyez conscient qu'il n'y a pas de miracle : le dilettantisme est réservé aux experts ! En tant que débutant ne soyez pas paresseux (sur les changements d'eau, le nettoyage, l'observation des plantes) et restez au départ rigoureux dans votre routine d'entretien et de fertilisation (seule l'expérience vous permettra de gérer votre bac planté « au feeling » grâce à son observation). Enfin profitez de l'expérience des autres et n'hésitez pas à demander conseil sur un forum spécialisé (par exemple www.aquagora.fr).

Copyright AQUASCAPE - Toute reproduction interdite